a digital library of Latin literature
   
CSL Home



Keyword Search
  
     advanced search

Browse by:
          Author
          Title
          Genre
          Date

Full Corpus:
   All available texts
      (single page)



Help
Secondary Texts

What's New
Copyright
Credits
Contact Us

Marcus Junianus Justinus
Abrégé des Histoires Philippiques de Trogue Pompée.
texte établi et traduit par Marie-Pierre Arnaud-Lindet.

Précédente

Table des matières

Suivante
   


Livre X

Histoire des Achéménides, d'Artaxerxès à Darius Codoman, La triste fin de règne d'Artaxerxès II, 1,1—Artaxerxès III Ochos, 3,1—Darius III Codoman, 3,5.


1 2 3

La triste fin de règne d'Artaxerxès II 1,1 Artaxerxès1, le roi des Perses, eut de ses concubines cent quinze fils mais il en reconnut seulement trois, nés en justes noces, Darius, Ariarate et Ochos2. 2 Par bonté, leur père, de son vivant, fit roi l'un d'eux, Darius, contre la coutume des Perses chez qui le roi ne change qu'à cause de mort, 3 estimant que rien de ce qu'il avait donné à son fils ne lui était enlevé et qu'il recueillerait plus de joie de sa paternité s'il contemplait, de son vivant les insignes de sa majesté sur la personne de son fils. 4 Mais Darius, après ces nouvelles preuves de la bonté paternelle, prit la résolution d'assassiner son père : 5 scélérat s'il avait songé tout seul au parricide, il fut d'autant plus scélérat qu'ayant associé à son forfait cinquante de ses frères, il les rendit parricides. 6 Il y a, à coup sûr, une espèce de prodige dans le fait qu'un parricide put non seulement être concerté, mais encore être gardé secret, dans une telle masse de gens, au point que parmi les cinquante fils, il ne se trouva personne que la majesté paternelle, le caractère vénérable du vieillard, ou la bonté du père ne détourna d'une si grande monstruosité. 7 Le nom paternel avait-il si peu de prix pour un si grand nombre de fils que celui qui, même en face des ennemis, aurait dû être en sécurité grâce à leur protection, aurait, entouré par leurs embûches, été plus en sécurité du côté des ennemis que de celui de ses fils ?

2,1 Le motif du parricide fut plus scélérat que le parricide même. 2 De fait, après que Cyrus eut été tué dans la guerre que lui faisait son frère et à laquelle on a fait allusion plus haut3, le roi Artaxerxès avait épousé la concubine de ce dernier, Aspasia4. 3 Darius avait demandé à son père de la lui céder, comme il lui avait cédé le trône, et celui-ci, dans sa bonté pour ses enfants, avait dit d'abord qu'il le ferait, 4 puis, pris de regret, afin de refuser honorablement ce qu'il avait promis à la légère, il avait préposé Aspasia à la prêtrise du soleil5, prêtrise au nom de laquelle lui était imposée une chasteté perpétuelle qui l'éloignait de tous les hommes. 5 Douloureusement affecté par cette décision, le jeune homme eut d'abord une violente altercation avec son père, bientôt après, tandis qu'ayant fait une conjuration avec ses frères, il prépare des embûches contre son père, il est surpris avec ses complices et paye le prix de son parricide aux dieux vengeurs de la majesté paternelle. 6 Les femmes de tous les conjurés furent tuées avec leurs enfants afin qu'il ne reste pas trace d'une si grande scélératesse. 7 Après ces événements, Artaxerxès mourut d'une maladie causée par le chagrin ; il fut plus heureux comme roi que comme père.

Artaxerxès III Ochos
3,1 Le royaume vint par dévolution héréditaire à Ochos6 qui, redoutant une conjuration du même genre, remplit le palais royal du meurtre de ses parents et du massacre des princes, sans être ému de pitié par le sang, le sexe ou l'âge, de peur, apparemment, d'être tenu pour plus innocent que ses frères parricides.

2 Et, le royaume ayant été ainsi purifié, en quelque sorte, il déclare la guerre aux Cadusiens. 3 Au cours de cette guerre, un certain Codoman s'avança aux applaudissements de tous contre un ennemi qui portait un défi, et, une fois l'ennemi tué, il rendit aux siens la victoire, en même temps qu'une gloire presque perdue. 4 En raison de ces belles actions, ce même Codoman est mis à la tête des Arméniens.

Darius III Codoman 5 Ensuite, du temps s'étant passé, il est fait roi par le peuple après la mort du roi Ochos7, en souvenir de sa valeur passée, et honoré du nom de Darius afin qu'il ne manque rien à la majesté royale ; 6 il fit avec un grand courage la guerre à Alexandre le Grand avec une fortune longtemps hésitante. 7 Il fut à la fin vaincu par Alexandre et assassiné par ses parents, et le terme de sa vie fut aussi celui du royaume des Perses8.


Précédente

Table des matières

Suivante
   



1 Artaxerxès II Mnemôn (404-359 a.C.) ; la biographie du roi par Plutarque, très détaillée, et pleine de détails romanesques, est une des quatre biographies isolées du recueil des Vies parallèles.

2 Ils étaient les fils de Statira, qui fut, selon Plutarque (Artax., 19), empoisonnée par la reine mère Parysatis, jalouse de son influence. ; l'aîné des princes, Darius, était né c. 412 a.C. Après la mort de Statira, Artaxerxès épousa,entra autres, sa propre fille Atossa et sans doute aussi une autre de ses filles, Amestris, selon Plutarque (Artax. 23), qui cite à cet endroit comme source Héraclide de Cumes. Il avait, en outre trois cent soixante concubines (Plutarque, Artax. 27)

3 Cf.
5,11,1-9.

4 C'était une Grecque, originaire de Phocée en Ionie, née de parents libres (Plutarque, Artax.,26-27).

5 D'après Plutarque, Artaxerxès avait laissé le choix à Aspasia, qui avait préféré Darius à son père ; Ensuite, le roi avait consacré la jeune fille à la déesse Anaïtis d'Ecbatane, que les Grecs identifient à Artémis (Artax. 27).

6 Artaxerxès III )/Wxos (359/8-338).

7 Justin a omis de reprendre ce que disait Trogue Pompée du bref règne d'Oarsès (338-336 a.C.). Les deux souverains furent empoisonnés par l'eunuque Bagoas, qui donna le trône à Darius III, arrière-petit-fils de Darius II (423-404 a.C.), puis essaya de l'empoisonner et dut boire lui-même la potion qu'il avait préparée. Diodore (17,5,6) lie ensemble les deux versions de l'acession au trône de Darius.

8 Cf. infra,
livre XI.


Précédente

Table des matières

Suivante
   


Copyright © Marie-Pierre Arnaud-Lindet 2003. Tous droits réservés.

Le matériel et les informations contenues dans le site peuvent être utilisées seulement à des fins privées en autant que la propriété des droits est reconnue. Toute autre utilisation est strictement interdite. Pour fins de précision, la modification, le téléchargement, la publication, la reproduction sur un autre site, la diffusion sur Internet ou l'utilisation à des fins publiques ou commerciales du matériel et/ou informations se retrouvant sur ce site est strictement prohibée sans l'accord préalable de l'auteur.

FORUM ROMANUM