a digital library of Latin literature
   
CSL Home



Keyword Search
  
     advanced search

Browse by:
          Author
          Title
          Genre
          Date

Full Corpus:
   All available texts
      (single page)



Help
Secondary Texts

What's New
Copyright
Credits
Contact Us

Marcus Junianus Justinus
Abrégé des Histoires Philippiques de Trogue Pompée.
texte établi et traduit par Marie-Pierre Arnaud-Lindet.

Précédente

Table des matières

Suivante
   


Livre XXXVI

Guerres et usurpations chez les Séleucides. Les Juifs. Les derniers Attalides, Campagne parthique de Dèmètrios II, 1,1—Tryphon, 1,7—Antiochos VII Sidètès 1,9—Origine des Juifs, 2,1—Histoire de Joseph 2,6—Histoire de Moïse, 2,11—La vallée du Jourdain et la mer Morte 3,1—Fragments de l'histoire des Juifs 3,8—Attale III, 4,1—Aristonikos 4, 6.


1 2 3 4

Campagne parthique de Dèmètrios II 1,1 Après avoir repris possession du royaume paternel, Dèmètrios1, corrompu aussi lui-même par le changement heureux de sa situation, glisse des travers de l'adolescence dans l'indolence et s'attire, pour son inertie, autant de mépris chez tous que son père s'était attiré de haine pour son arrogance. 2 De ce fait, alors que çà et là les cités faisaient défection, il décide de déclarer la guerre aux Parthes pour effacer la flétrissure de son indolence. 3 Les peuples d'Orient ne virent pas son arrivée sans déplaisir, d'une part à cause de la cruauté de l'Arsacide2, roi des Parthes, et d'autre part parce qu'habitués au pouvoir ancien des Macédoniens, ils s'indignaient de l'arrogance d'un nouveau peuple. 4 Ainsi, comme Dèmètrios était appuyé par des renforts perses, élymes, bactres, il mit en déroute les Parthes au cours de plusieurs batailles. 5 À la fin, cependant, trompé par un simulacre de paix, il est fait prisonnier, et, donné partout en spectacle, il est exhibé aux peuples des cités qui avaient fait défection, en moquerie du crédit qu'ils lui avaient accordé. 6 Envoyé ensuite en Hyrcanie, il est traité avec bienveillance et conformément au décorum de son ancienne situation de fortune3.

Tryphon 7 Pendant ces événements, en Syrie, Tryphon, qui avait travaillé à se faire substituer par le peuple à Antiochos4, beau-fils de Dèmètrios, dont il était le tuteur, s'empare du royaume de Syrie après avoir fait tuer son pupille. 8 Il reste longtemps maître du royaume, mais, enfin, la popularité du nouveau pouvoir déclinant, il est vaincu à la guerre par le frère de Dèmètrios, Antiochos5, un jeune garçon qui était élevé en Asie, et le royaume de Syrie revient à nouveau à un descendant de Dèmètrios.

Antiochos VII Sidètès 9 Donc, Antiochos, se souvenant que d'une part son père avait été détesté pour son arrogance et son frère, d'autre part, méprisé pour son indolence, se garda de tomber dans les mêmes travers : après avoir reçu en mariage Cléopâtre6, l'épouse de son frère, il poursuit avec la plus grande énergie les cités qui avaient fait défection au début du règne de son frère et, les ayant de nouveau soumises, il en accroît son royaume ; 10 il soumit aussi les Juifs qui s'étaient libérés de l'empire macédonien par les armes sous le règne de son père Dèmètrios7; si grandes furent leurs forces qu'après ce dernier, ils ne supportèrent aucun roi des Macédoniens et que, au nom de leur propre pouvoir, ils ravagèrent la Syrie au cours de grandes guerres8.

Origine des Juifs
2,1 De fait, les Juifs sont originaires de Damascène, une cité très connue de Syrie d'où est issue également la lignée des rois assyriens, et la reine Sémiramis9. 2 La ville tire son nom du roi Damascus, en l'honneur duquel les Syriens vénèrent le tombeau de son épouse Aratès comme un temple, et la tiennent, depuis, pour la déesse de leur religion la plus sacrée. Après Damascus, furent rois Azelus, puis Adorès, Abraham et Israël. 4 Cependant l'heureuse naissance de dix fils rendit Israël plus célèbre que ses ancêtres. 5 Ainsi, il transmit à ses fils un peuple divisé en dix royaumes et les appela tous Juifs, du nom de Juda qui était mort après le partage, et il ordonna à tous d'honorer la mémoire de celui dont la part s'était ajouté à celle de tous.

Histoire de Joseph 6 Joseph était le cadet des frères : redoutant sa remarquable intelligence, ses frères s'emparèrent de lui et le vendirent secrètement à des marchands 7 qui l'emmenèrent en Égypte, où, grâce à son intelligence déliée, il se pénétra des préceptes de la magie et devint rapidement très apprécié du roi lui-même. 8 Il était en effet, d'une part, le meilleur interprète des prodiges et, d'autre part, il fut le premier à établir une clé des songes ; rien du domaine divin ni du domaine humain ne paraissait lui être inconnu, 9 au point même qu'il avait, bien des années avant, prévu la stérilité des terres, et que toute l'Égypte serait morte de faim si, selon ses avertissements, le roi n'eût ordonné dans un édit de conserver plusieurs années les récoltes ; 10 Les preuves par les faits furent telles que ses réponses paraissaient données par un dieu et non pas par un homme.

Histoire de Moïse 11 Son fils fut Moïse que, outre l'héritage de la sagesse paternelle, sa beauté physique même recommandait. 12 Mais, alors que les Égyptiens souffraient de la gale et de dartres, ils le chassent du territoire de l'Égypte avec les malades, sur la réponse d'un oracle, de peur que le fléau ne s'étende à plus de gens. 13 Donc, mis à la tête des exilés, Moïse enleva en cachette les objets sacrés des Égyptiens ; voulant les récupérer, ces derniers furent contraints par des tempêtes de rentrer chez eux. 14 Et ainsi, Moïse, ayant cherché à revenir en Damascène, terre de ses ancêtres, s'empare du mont Sinaï, et comme il y était enfin arrivé, épuisé avec son peuple après sept jours de jeûne à travers le désert d'Arabie, il consacra au jeûne pour l'éternité le septième jour, appelé Sabbat chez ce peuple, puisque ce jour-là avait mit fin à la famine et à l'errance pour ces gens.

15 Et puisqu'ils se souvenaient d'avoir été chassés d'Égypte par peur de la contagion, ils prirent garde à ne pas avoir de contacts avec des étrangers, de peur de se rendre, pour la même raison, odieux aux habitants du pays ; cette mesure circonstancielle tourna peu à peu à la règle religieuse.

16 Après Moïse, son fils Arruas, prêtre des cultes10 égyptiens, est bientôt fait roi ; et par la suite, la coutume fut, chez les Juifs, que les mêmes personnes soient rois et prêtres, et ils se développèrent de façon incroyable du fait de la fusion de la justice et de la religion.

La vallée du Jourdain et la mer Morte
3,1 Les revenus du baume, qui est produit seulement dans ces contrées, accrurent les ressources du peuple. 2 Il y a en effet une vallée qui est fermée par des chaînes de montagnes comme par un rempart, à la manière d'un camp (l'étendue du lieu est de deux cents jugères11, on l'appelle Aricus) ; 3 dans cette vallée se trouve une forêt remarquable par son exubérance et son agrément, 4 et, à la vérité, elle est entrecoupée de palmiers et de baumiers, et les arbres à baume ont une silhouette semblable à celle des pins, si ce n'est qu'ils sont plus bas et sont cultivés à la manière des vignes. Ils exsudent du baume à époque fixe au cours de l'année. 5 Cependant, ce lieu n'est pas moins étonnant pour sa tiédeur de son climat que pour sa fertilité ; et en effet, tandis que l'ensoleillement de cette région est la plus forte du monde entier, il y a là une brume naturelle et continue d'air attiédi.

6 Dans cette région, il y a un vaste lac qui est appelé mer Morte à cause de l'étendue des eaux et de leur immobilité. 7 Il n'est, en effet, jamais agité par les vents, à cause de la résistance aux bourrasques du bitume qui immobilise toute l'eau, et n'admet pas la navigation puisque tout ce qui est inanimé sombre au fond, et il ne soutient aucune matière, sauf ce qui est enduit d'alun12.

Fragments de l'histoire des Juifs 8 Le roi des Perses Xerxès soumit les Juifs en premier ; ensuite, ils tombèrent sous la domination d'Alexandre le Grand, avec les Perses eux-mêmes, et ils furent longtemps soumis au pouvoir de l'empire macédonien, dans le royaume de Syrie.

9 Alors qu'ils avaient abandonné Dèmètrios, ayant sollicité l'amitié des Romains, ils furent les premiers de tous les Orientaux à recevoir la liberté13, car les Romains faisaient facilement des largesses avec le bien d'autrui14.

Attale III
4,1 À la même époque, au cours de laquelle, en Syrie, les révolutions de palais faisaient passer tour à tour le pouvoir aux mains de nouveaux rois, le roi Attale, en Asie, souillait en massacrant ses amis et en suppliciant ses parents, le royaume très prospère reçu de son oncle paternel Eumène15: il feignait de croire tantôt que sa vieille mère, tantôt que son épouse Bérénice avaient péri du fait de leurs maléfices.

2 Après ce déchaînement criminel de violence, il revêt une tunique crasseuse, laisse pousser sa barbe et ses cheveux à la manière des accusés ; il ne faisait pas d'apparitions officielles, il ne se montrait pas au peuple, il ne banquetait pas joyeusement chez lui ni ne donnait aucun signe de santé mentale, exactement comme s'il payait le châtiment de ses crimes aux mânes de ses victimes. 3 Ensuite, ayant abandonné l'administration du royaume, il bêchait ses jardins, semait des graines et mêlait les nuisibles aux inoffensives, et envoie le tout, infecté de suc vénéneux, à ses amis comme un présent particulier. 4 Après cette passion, il s'adonne aux métiers de l'artisanat, il prend du plaisir à modeler des statues de cire, à fondre et à travailler le bronze16. 5 Ensuite, il décide de faire à sa mère un monument funéraire ; appliqué à cet ouvrage, il contracta une maladie à la suite d'une insolation et, le septième jour, il mourut. En vertu de son testament, le peuple romain est alors institué héritier.

Aristonikos 6 Or il existait un rejeton d'Eumène, Aristonikos, qui n'était pas issu d'un mariage légitime, mais né d'une concubine d'Éphèse, fille d'un cithariste : après la mort d'Attale, il s'empara de l'Asie, en tant qu'elle était le royaume de son père. 7 Alors qu'il avait livré nombre de combats heureux contre les cités qui, par peur des Romains, ne voulaient pas se donner à lui, et qu'il était désormais considéré en roi légitime, l'Asie est décernée au consul Licinius Crassus17; 8 comme ce dernier, plus intéressé par le butin attalide que par la guerre, avait engagé le combat à l'extrême fin de l'année18 avec une armée inorganisée, vaincu, il paya de son sang le prix de sa cupidité irréfléchie. 9 Le consul Perperna19, envoyé pour le remplacer, s'empara d'Aristonikos, écrasé au premier engagement, et il fit transporter à Rome par bateau les trésors royaux des Attalides, dévolus par héritage au peuple romain. 10 Son successeur, le consul M'. Aquilius20, en ayant gros sur le cœur, tenta à marches forcées d'arracher à Perperna Aristonikos comme ci ce dernier devait plutôt être un spectacle de son triomphe à lui. 11 En fait, la mort de Perperna mit fin à la rivalité des consuls. 12 Ainsi l'Asie, devenue possession des Romains21, transmit à Rome, avec ses ressources, ses vices également.


Précédente

Table des matières

Suivante
   



1 Dèmètrios II Nicator, fils aîné de Dèmètrios Ier (cf. supra,
35,2).

2 Mithridate Ier Arsace VI Me/gas, Rois des Rois, Philhellène (171-138).

3 Dèmètrios Nicator vécut en captivité de 139 à 130 a.C.

4 Antiochos VI Épiphane, fils de Balas et de Cléopâtre Théa, assassiné en 142 a.C.

5 Antiochos VII Sidètès (139-129), le frère de Dèmètrios II.

6 Cléopâtre Théa, la fille de Ptolémée VI, qui avait été en premier l'épouse de Balas, puis de Dèmètrios Nicator.

7 En 141 a.C., Dèmètrios II avait reconnu Simon, dernier des fils de Mattathias, frère et successeur de Jonathan, grand-prêtre et ethnarque héréditaire de la nation juive : c'est le début de la dynastie asmonéenne.

8 Trogue Pompée fait allusion ici à la politique expansionniste du roi Alexandre Jannée (103-76 a.C.) qui annexa la Galilée, l'Idumée, Jaffa, Alep. La rivalité de ses fils Aristobule et Hyrcan fut le prétexte de l'intervention de Pompée.

9 Cf. supra,
1,1,10 ; 1,2.

10 Les sacra dont les Juifs se sont emparés lors de leur fuite.

11 Soit 503 600 m2 = 50, 36 ha. (1 jugère = 2518 m2), ce qui est vraiment peu pour la Mer morte et sa région ! Le chiffre peut être corrompu, ou bien il y a une erreur de traduction d'une mesure grecque. D'autre part, bien que la phrase se lise dans toutes les classes de mss, elle présente les caractères d'une interpolation. Note de relecture par Justin ? note de lecture par son destinataire ???

12 La leçon des mss illustatur n'a pas de sens ; elle a été corrigée par tous les éditeurs en vue de donner un sens à la phrase. Illinatur est la plus ancienne correction : elle apparaît dans les mss de Justin plus récents et est préférable paléographiquement. Cependant il me paraît probable que l'erreur remonte à Trogue Pompée lui-même qui aurait pu faire une confusion en traduisant sa source entre deux formes verbales, e)pipa/ssw et e)pifai/nw par exemple.

13 En 161 a.C.

14 Le point de vue hostile aux Romains, développé dans le grand discours de Mithridate au livre 38, est sans doute un écho de Métrodore.

15 Attale III (138-133 a.C.) était en réalité un bâtard d'Eumène II.

16 Il s'agit du procédé de fonte dit "à la cire perdue".

17 P. Licinius Crassus Diues Mucianus, consul en 131 a.C.

18 La fin de son année de magistrature, en même temps que de l'année légale

19 M. Perperna, consul en 130 a.C.

20 M'. Aquilius est consul en 129 a.C.

21 129 a. C., M'. Aquilius organise la province d'Asie.


Précédente

Table des matières

Suivante
   


Copyright © Marie-Pierre Arnaud-Lindet 2003. Tous droits réservés.

Le matériel et les informations contenues dans le site peuvent être utilisées seulement à des fins privées en autant que la propriété des droits est reconnue. Toute autre utilisation est strictement interdite. Pour fins de précision, la modification, le téléchargement, la publication, la reproduction sur un autre site, la diffusion sur Internet ou l'utilisation à des fins publiques ou commerciales du matériel et/ou informations se retrouvant sur ce site est strictement prohibée sans l'accord préalable de l'auteur.

FORUM ROMANUM